Créer de l’enchantement dans les parkings, le défi de l’atelier créatif à la Creative Factory

 

Mardi 11 juin dernier, nous étions à la Creative Factory (SAMOA) pour notre atelier créatif. Le questionnement que nous souhaitions partager était le suivant : comment transformer l’identité et les usages des parkings pour les adapter aux attentes des utilisateurs ? Un défi proposé par le Groupe ARC aux participants qui étaient présents sur place et relié à l’opération « Skyhome ».

Comme à l’accoutumée, nous avons commencé par pitcher notre problématique devant les personnes présentes. Une dizaine d’entre eux a répondu à notre appel. Parmi eux, des dirigeants de start-ups, des employés de grandes entreprises, des professionnels de l’immobilier mais aussi des retraités engagés quant à l’avenir du territoire et deux collaborateurs du Groupe ARC. Pour animer les débats et structurer les pistes de réflexions, Antoine Gripay du Studio Katra.

 

Une fois le groupe constitué, il a été demandé à chacun d’inscrire sur des post-its ses impressions et expériences quant à l’utilisation des parkings souterrains. Chacun s’est prêté au jeu et déjà de nombreuses thématiques sont ressorties de ces réflexions personnelles. Un premier mapping a été constitué sur le tableau.

Ensuite, le groupe a été scindé en deux. En effet, il a fallu imaginer le parcours de deux usagers (sur « Skyhome » en l’occurrence), un habitant et un employé de bureau qui empruntent, comme c’est prévu sur le futur programme de l’Île de Nantes, le même parking. L’approche devant être duplicable sur d’autres opérations.

Il a fallu se projeter sur les étapes, positives ou négatives, que rencontrent ces deux personnages, depuis leur arrivée devant le portail jusqu’à l’ascenseur qu’ils empruntent pour accéder à leur logement pour l’un, et à leur bureau pour l’autre. Voiture garée devant le portail, sensation de malaise ou d’insécurité, manque de lumière ou de signalétique, voici quelques unes des étapes de ce parcours. Globalement, quel que soit le persona, les étapes de l’employé ou du copropriétaire qui ont été relevées ont plutôt témoigné d’une impression négative et donc d’une vraie thématique, celle d’un lieu de transition qui suscite à la fois de nombreuses attentes et un certain mal-être. D’où la nécessité pour Groupe ARC de trouver des solutions pour « enchanter » le parking afin de faire évoluer cet expérientiel.

Ensuite, une mise en commun a permis d’identifier sept problématiques : accès/maintenance, éclairage, sonorité/acoustique, propreté/identité de la signalétique, fonctions connexes, circulation et sécurité. Autre remarque à noter : nous avons pu relever que chacune des ces problématiques, et leurs solutions, se rapportent aux perceptions et aux sens. Vue, ouïe, odorat, toucher même, ils sont presque tous en action et transmettent souvent, si l’on se fie aux nombreuses remarques énoncées, des signaux négatifs. D’où la nécessite de faire évoluer les espaces de stationnement et de trouver des solutions efficaces et innovantes.

C’est justement l’objet de la dernière étape avant la présentation finale. En face des thématiques et de leurs problématiques, restait à trouver des solutions. Et nos contributeurs ont débordé d’imagination en la matière. Parmi celles énoncées en ce qui concerne la signalétique et la dissuasion quant aux dérives des usages, les « nudges », ces messages à caractère humoristique qui, en plus d’agrémenter visuellement cet environnement souvent austère, suscitent le sourire et encouragent les bonnes pratiques. Concernant l’acoustique, il a été longuement question des revêtements de sols utilisés, du bruit des portes et du ressenti produit lors de leur fermeture, suivant la résonance du lieu. Question circulation, la priorité a été finalement donnée aux piétons, de manière à sécuriser leur libre déambulation et faire ralentir ainsi les voitures. Enfin, dans un monde où l’écran est roi, oui à l’information et à la facilitation des usages, mais est-il vraiment besoin de multiplier leur présence ? Un vrai sujet « détox visuelle » et une réflexion à poursuivre. Voilà parmi les grandes lignes.

Pour finir, comme le veut l’usage, le projet a été synthétisé par écrit avant une présentation à l’oral devant toutes les équipes participantes. Un pitch de deux minutes chrono pour rendre compte des solutions à envisager face à ces problématiques d’usages des parkings.

La réflexion va maintenant se poursuivre de notre côté et probablement faire l’objet d’un futur appel à projets. Merci à tous les participants pour leur implication, aux équipes de la Creative Factory pour l’organisation de ce workshop ainsi qu’à Antoine Gripay du Studio Katra pour l’animation de notre atelier.